construcción_estado

Consolidation de l’État sahraoui

COMPTE-RENDU DE L’ATELIER

La situation actuelle du conflit au Sahara Occidental configure actuellement un scénario particulièrement grave, qui affecte toute la région et qui est déterminé, entre autres, par les paramètres suivants :

  • L’état de guerre, décrété par le gouvernement de la RASD depuis le 13 novembre 2020, suite à la violation du cessez-le-feu par le Gouvernement du Maroc dans la zone du Guerguerat, en attaquant militairement la population civile sahraouie.
  • La passivité et la complicité de la communauté internationale, en particulier de l’ONU, qui n’a pas imposé au gouvernement du Maroc la tenue du référendum, après 29 ans de cessez-le-feu 
  • L’échec de la politique marocaine de reconnaissance unilatérale de sa souveraineté sur le Sahara occidental, au mépris des Résolutions de l’ONU.
  • La situation explosive créée dans toute la région avec la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc, l’intervention d’Israël dans le conflit, les tensions avec l’UE et l’UA, qui représente une escalade de l’instabilité et une grave menace pour la sécurité et la paix dans toute la région.
  • Le jugement récent de septembre 2021 de la Cour de justice de l’UE qui annule les accords économiques de l’UE avec le Maroc qui affectent le Sahara Occidental et qui réitère que le S.O. n’appartient pas à la souveraineté marocaine.

Dans ce nouveau scénario, à partir de l’atelier de consolidation de l’État sahraoui, nous concrétiserons un Plan de Travail pour 2022, qui comprend des initiatives déjà convenues les années précédentes et en introduit d’autres conformément à la situation actuelle. 

PROPOSITION DE TRAVAIL POUR 2022

  1. Exigence d’une solution urgente face à l’état de guerre actuel qui empêche l’escalade militaire dans la région et la mort de personnes innocentes. Cela passe par une action déterminée et crédible de la part de l’ONU et de l’UE sur le gouvernement du Maroc pour le respect de la légalité internationale dans le S.O. et l’application des résolutions de l’ONU qui garantissent l’option de l’indépendance pour le peuple sahraoui.
  2. Continuer à promouvoir une CAMPAGNE de pression afin que le gouvernement espagnol, en raison de son statut de puissance administratrice du territoire et de sa responsabilité, promeuve :
    • La nullité des accords de Madrid de 1975 et la promotion des initiatives politiques nécessaires à la défense du droit légitime du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, puisqu’il s’agit d’une décolonisation dans le cadre des NU.
    • Reconnaître le statut diplomatique de la représentation du Front Polisario en Espagne, en tant que seul représentant du peuple sahraoui, tel qu’établi dans les résolutions des Nations Unies.
    • Accroître sensiblement la coopération humanitaire et le développement avec la population sahraouie réfugiée, avec des formules garantissant sa durabilité et la maintenance des services essentiels à la population réfugiée.
    • La participation des fonctions et ressources de l’Institut Cervantes dans les campements.
    • La Commission de Suivi précisera le contenu de la campagne, le calendrier et l’exécution.
    • Le soutien matériel pour neutraliser les effets dérivés du COVID-19 dans les camps et territoires libérés.
  3. Continuer à soutenir et à promouvoir les initiatives à caractère politique, en faisant pression sur les organisations internationales (ONU et UE) et les gouvernements du Maroc, de la France et de l’Espagne (puissance qui administre le territoire) et chacun des gouvernements pour :
    • La célébration du référendum sur l’autodétermination et l’indépendance du Sahara Occidental, conformément aux résolutions de l’ONU.
    • La cessation du pillage des ressources naturelles au Sahara occidental, l’application des arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne de 2018 et 2021.
    • La cessation de la répression des droits de l’homme par le gouvernement du Maroc au Sahara Occidental et la mise en liberté de tous les prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines, ainsi que l’ouverture du territoire aux commissions d’observateurs internationaux, défenseurs des droits de l’homme.
  4. Les priorités pour continuer à soutenir le développement et la consolidation de l’État sahraoui pour 2022 porteront sur le renforcement :
    • Du système national sanitaire.
    • Du système National d’Éducation.
    • De la Fonction Publique de tous les Ministères.
    • De la création d’emploi dans les campements, orienté notamment sur la femme et la jeunesse.
    • De la participation démocratique de la population, du bon fonctionnement des Dairas et Wilayas.
    • Du développement des territoires libérés.
  5. Pour y parvenir, il faut faire face à la mise en place d’un système d’incitations et de motivations pour maintenir les travailleurs et travailleuses sahraouis qui soutiennent ces services publics dans les camps de réfugiés, en évitant leur émigration et en garantissant le service à la population dans des conditions minimales. Pour cela, un projet de coopération sera géré auprès des différents gouvernements et institutions publiques, ce qui n’implique pas une baisse de la coopération humanitaire.  
  6. Afin d’obtenir les ressources visant à établir un système d’incitations dans la fonction publique, il est nécessaire d’impliquer :
    • L’État espagnol comme puissance d’administration du Sahara Occidental.
    • L’Union Européenne et les Organismes des Nations Unies.
    • Les villes et gouvernements régionaux et nationaux.
    • La Commission de Suivi encouragera une action de lobby permanente pour atteindre ces fonds dans ce but, dans chaque Institution et dans chaque pays.
  7. Au-delà du système incitatif, il est essentiel d’augmenter substantiellement les projets visant à :
    • Combattre les effets du COVID-19 dans les camps.
    • La coopération humanitaire pour faire face aux besoins de base.
    • La coopération au développement pour créer des postes de travail et permettre des actions de développement.
    • Des projets pour le développement des territoires libérés.
    • Des ressources pour couvrir les besoins dans les zones occupées.
    • Des projets de soutien des fonctions administratives des wilayas et dairas. À cet effet, le Ministère de la Coopération de la RASD préparera une proposition pour 2022.
  8. Continuer à gérer l’incorporation d’autres pays, de nouvelles villes et de gouvernements régionaux pour collaborer :
    • À la Formación technique des travailleurs et travailleuses sahraouis.
    • Aux conseils techniques sur des sujets ponctuels.
    • Profiter de l’expérience en matière de gestion de services publics.
    • Au fonctionnement administratif et bureaucratique.
    • À l’apport de ressources économiques et matérielles.
    • Pour cela, de nouveaux jumelages seront encouragés avec les wilayas et les dairas sahraouies.

À cet effet, l’organisation d’une Conférence de Villes Solidaires et Jumelées en Espagne sera organisée ainsi qu’une autre Conférence, à caractère international, en Italie en 2022.

De même, un espace de coordination et de communication sera créé entre le Mouvement Européen de Solidarité et celui d’Amérique latine pour sensibiliser et mener des campagnes conjointement.

De même, la coopération dans la formation des jeunes sahraouis et des responsables de la gestion administrative à travers la collaboration avec l’Université de Tifariti et les universités algériennes, notamment celle de Tindouf, et d’autres universités de différents pays sera promue.

  1. Parvenir à l’optimisation de l’utilisation des ressources grâce à l’utilisation intensive des nouvelles technologies à l’appui de la gestion du Gouvernement à tous les niveaux, avec le développement des objectifs suivants :
  • Création d’un groupe de travail dans ce but.
  • Rédaction de la base légale pour le traitement de l’information.
  • Identification des processus précis qui seront informatisés.
  • Couvrir les besoins en termes d’infrastructures technologiques.
  • Formation constante des personnes.
  1. Incorporer dans notre discours l’engagement à promouvoir les Objectifs de Développement Durable (ODD). C’est un accord politique de presque tous les gouvernements de la planète et applicable dans tous ses contenus à la situation du Sahara Occidental.
  2. Fonctionnement de la Commission de Suivi de l’Atelier pour la promotion et la coordination du Plan de Travail 2022. La Commission sera composée des responsables sahraouis et de ceux du mouvement de solidarité des différents pays qui coordonnent ces questions. La Commission disposera d’un Secrétariat de Coordination pour faciliter le fonctionnement et le suivi permanent du plan approuvé, ainsi que le calendrier des réunions prévues et la coordination avec la Task Force.

La Commission de suivi sera coordonnée par Carmelo Ramírez et Abdulah Arabi et sera convoquée lors de la première quinzaine du mois de février pour fixer le développement du plan de travail, du calendrier et de l’exécution.

Difuende esta noticia
Spread this news
Diffuse cette nouvelle

Si sigues en la web de la 45ª EUCOCO, aceptas el uso de cookies. Más información

Los ajustes de cookies en esta web están configurados para «permitir las cookies» y ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues usando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en «Aceptar», estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar